COMMENT BIEN RACONTER DES HISTOIRES de Dorian Lake éditions Noir d'Absinthe

Publié le par sandrine isac

Bonjour à toutes et à tous J

Aujourd’hui, je vous propose une chronique (plutôt longue sur le blog) sur l’art de bien raconter les histoires avec le guide de Dorian Lake : Comment bien raconter des histoires, sorti aux éditions Noir d’Absinthe. L’auteur endosse la double casquette d’auteur et d’éditeur. Un grand merci pour cet enrichissant service de presse.

C'est grâce à ses multiples facettes (auteur, éditeur, jeu de rôle…) que Dorian Lake se livre dans ce guide.  Il nous donne sa vision de l’écriture ainsi que moult conseils à ce sujet. C’est un guide organisé avec ce qu’il faut de méthode pour pouvoir faire progresser son écriture. La table des matières propose un nombre considérable de modules à travailler et des pistes à suivre comme Wattpad par exemple pour tester ses écrits. Et c’est exactement ce que je recherche pour m’aider à peaufiner ma plume. Comme vous le lirez plus bas, je suis friande de ce type de guide qui me permet d’avancer.

 

Ce livre n’est pas seulement un guide, mais aussi un partage d'expérience, ce qui le rend plus vivant, mais aussi plus concret.

Dorian détaille son ressenti et ses expériences pour mieux nous faire comprendre son rapport à l’écriture et à l’édition et ainsi aider le lecteur à progresser dans l’écriture et dans le « savoir raconter ».

Autant vous le dire tout de suite, ce livre m’a captivé et je l’ai lu accompagnée d’un de mes précieux carnets de notes.


Durant ma lecture, et plus précisément au début du guide, un premier mot a retenu mon attention : empathie. Parce que même si cela paraissait évident pour moi, l'empathie est à mon sens indispensable pour construire une histoire et ses personnages. Les faire évoluer et nous toucher. Rendre le tout cohérent. Mais lire cette constatation dans ce guide m’a fait en prendre conscience. D’où l’intérêt de l’introspection dont parle l’auteur afin de mieux se connaître pour mieux réussir ses écrits, arriver au bout de son projet et éviter la frustration de ne pas réussir à l’achever. Un projet trop fastidieux ou complexe n’est pas une bonne idée pour un auteur novice.

Le second mot est : altruisme. Pour l’auteur, il s’agit de savoir livrer et faire ressentir ses émotions au travers de ses mots, de son histoire, et j’avoue que cette façon de voir les choses me plaît beaucoup. De mon côté, l’altruisme existe également lorsqu’il s’agit de la conception du roman. Ainsi qu’un échange de bon procédé lorsque par exemple je fais de la bêta-lecture pour d’autres auteurs indépendants. Mais il m’est également arrivé d’en faire sans donner un de mes textes en Bêta. Ce que j’aime particulièrement dans l’univers des auteurs, pour moi indépendants, c’est l’entraide qui est bien réelle et réconfortante. L’importance de la bêta-lecture figure également dans ce guide. Relire et pointer les incohérences pour aider l’auteur à finaliser son projet. C’est surtout un procéder indispensable, mais une maison d’édition fait évidemment ce travail pour ces auteurs.

Toujours à portée de main sur mon bureau ;)

J’ai lu un certain nombre de livres traitant de l’écriture comme les fameux «Personnages et points de vue » et « Comment écrire de la fantasy et de la science-fiction » d’Orson Scott Card que j’ai beaucoup aimé, mais qui était plus tourné vers le technique. Ou encore, « Ecriture » de Stephen King et aussi « Ecrire » de Marguerite Duras plus personnels.  Hormis les méthodes et conseils, j’ai retenu de toutes ces lectures qu’il faut également adapter les méthodes d’écriture et d’organisation à sa propre personnalité. Et oui, nous sommes toutes et tous différents dans notre manière de créer… et tant mieux ! C’est ce qui rend les témoignages et partages d’expériences de ces guides d’auteurs si intéressants et riches. Vous comprenez mieux pourquoi il est utile d’en lire plusieurs ;) En tout cas, c’est une des choses que j’en ai retenues. Tous ces livres se complètent et enrichissent ceux qui les lisent et qui en retirent selon leurs besoins ce qu’il leur faut pour progresser.

À la fin de ce guide, vous trouverez également un lien qui vous dirigera vers un atelier d’écriture et de coaching que met en place la maison d’édition. 

Personnellement, j’ai suivi un MOOC gratuit il y a de cela un ou deux ans sur la plateforme DRAFTQUEST qui m’avait beaucoup aidé et plus récemment celui de Cécile Duquenne, autrice (Les Foulards Rouges… plusieurs chroniques sur le blog), que vous trouverez sur Youtube. Cette autrice a également ouvert son atelier d’écriture cette année. Donc pour celles et ceux qui, comme moi, désirent travailler leur plume, je vous laisse ici au moins deux pistes à suivre ou tout du moins à explorer. Après c’est une question de coût, mais dispenser ce genre de cours demande beaucoup de travail donc, à mon sens, il est évident que ces cours soient payants.

J’essaierais surement de me faire offrir l’un ou l’autre à l’occasion, et pourquoi pas les deux, soyons folle ! Je vous tiendrai au courant et vous donnerai mes impressions.

Excellente soirée à toutes et tous et bonnes lectures ou séances d’écritures !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article